Avant de commencer

Vous êtes sur le point de plonger dans l’univers de l’auto-hébergement. Ce document est écrit pour vous aider à héberger chez vous ou sur un serveur dédié (loué) certains services malheureusement trop souvent confiés à des tiers. L’objectif est de vous guider dans la découverte de ces notions de façon cohérente, aussi simplement que possible 😎. Vous comprendrez que vulgariser l’auto-hébergement entraîne des compromis. Les plus consciencieux voudront certainement approfondir les notions évoquées ici.

Vous pouvez parcourir la documentation dans l’ordre que vous souhaitez, selon vos besoins : des liens sont présent pour faire des renvois éventuels.

Afin que ce voyage soit le plus confortable possible, nous décrirons l’utilisation du système OpenBSD dans sa dernière version stable. Ce dernier est réputé pour être sûr. Il est aussi, à mon avis, nettement plus simple à configurer que d’autres systèmes. En effet, de nombreux services sont déjà intégrés et se configurent avec une syntaxe semblable. Lisez Why OpenBSD rocks pour en apprendre davantage.

Vous verrez que s’auto-héberger n’est finalement pas si difficile et consiste en grande partie à modifier du texte dans des fichiers. Cette démarche devrait donc être accessible à tous.

Alors, prêt à plonger ?

L’auto-hébergement : c’est quoi? Avantages et inconvénients

La plupart des sites web que vous avez l’habitude de consulter (vos courriels, les réseaux sociaux…) sont hébergés sur des ordinateurs quelque part dans le monde. Ces derniers ne servent qu’à proposer des services et du contenu à d’autres ordinateurs. On les appelle des serveurs. La seule différence notable est qu’ils ne sont en général pas reliés à un écran.

Lorsque vous voulez consulter vos e-mails, votre client mail (le webmail, Thunderbird…) va chercher sur un serveur tous vos messages. Une copie de ces derniers est alors téléchargée vers votre ordinateur. C’est comme si pour lire votre courrier postal, vous deviez aller dans une agence pour demander au facteur :

C’est le bureau de poste qui avait la carte postale envoyée par votre maman avant que vous ne découvriez son petit mot, et la poste l’a toujours ensuite puisque vous n’en avez récupéré qu’une copie. C’est un peu ce qui se passe lorsque vous allez consultez vos mails, le bureau de poste étant le serveur.

Bien sûr, on peut demander au bureau de poste de détruire la copie qu’il possède de vos messages. Espérons qu’il n’avait pas fait une autre copie ailleurs. Et imaginez que le facteur ouvre votre courrier avant de vous le donner…

Autant devenir son propre bureau de poste : plus besoin de faire confiance à autrui 😁.

La centralisation des services permet aux sociétés qui façonnent le web de contrôler les données à leur guise, pas toujours dans l’intérêt des utilisateurs. Qui n’a pas râlé parce qu’il n’obtenait pas ce qu’il espérait d’un service postal? C’est la même chose pour Google (au hasard) qui met en avant certains contenus, par exemple leurs services commerciaux ; scanne vos mails pour vous proposer des publicités susceptibles de vous plaire… À ce jour, ces méthodes de fonctionnement sont malheureusement courantes.

Cela va à l’encontre de l’idée originale du web où chacun devrait pouvoir constituer un nouveau noeud à sa toile sans devenir dépendant.

Avantages

Héberger chez soi les services que l’on utilise présente plusieurs avantages :

Prétendre que votre droit à une sphère privée n’est pas important parce que vous n’avez rien à cacher n’est rien d’autre que dire que la liberté d’expression n’est pas essentielle car vous n’avez rien à dire.

E. Snowden

Inconvénients

Cependant, cette démarche n’est pas sans inconvénients :

À propos du contenu et de la syntaxe de cette documentation

Afin de bien se comprendre et réussir à vous auto-héberger sans tracas, on suppose dans ce document que :


Page suivante →