Rendez-vous sur Arrakis, Le site perso d'un hacker libriste curieux crêpophile étourdi
Le 18/08/2019 à 18:36 dans /Sciences-Education/Dossiers/

Comment marche l'homéopathie ?

Introduction

Sans conteste, l'homéopathie fait débat. Certains s'en moquent, d'autres la défendent fermement en invoquant souvent deux arguments :

C'est au premier que je vais m'intéresser en me posant la question : “Comment marchent les granulés homéopathiques”?

Autant que possible, des liens seront disponibles pour que vous puissiez vérifier et compléter mes propos.

Je ne prétends pas être un expert des laboratoires Boiron, aussi, si vous avez de meilleures explications que celles proposées ici, n'hésitez pas à m'en faire part dans un esprit critique, contructif, avec sources et explications. ☺

Définitions

L'idée de l'homéopathie part du principe qu'on peut soigner un malade en diluant très fortement des substances qui, si elles étaient concentrées, provoqueraient des symptômes similaires à ceux rencontrés.

On doit donc bien comprendre ce qu'est la dilution qui permet de rendre moins concentrée une substance. Heureusement, c'est facile. Tout le monde a déjà vu du sirop de menthe. Plus on met d'eau dans son verre, moins le sirop est concentré et plus il est dilué.

Plus il y a de particules de sirop de menthe, plus le verre est concentré, plus il a goût de menthe. C'est l'inverse s'il y a moins de particules de sirop. Ne prenez pas peur si je parle de particule : il faut juste imaginer ça comme une “boule” qui donne le goût de menthe. Par contre, il faut bien comprendre que cette boule ne peut pas être découpée : sinon, ce n'est plus de la menthe et ça ne donne plus de goût.

Ça sera pareil dans la suite des explications : les particules de médicament ne seront pas découpées : sinon, elles ne fonctionnent plus pour guérir, elles sont devenues autre chose.

Concentration en principe actif

mercurius solubilis 9CH, une dilution de mercure

Dans un médicament, la substance qui doit vous soigner est appelée “principe actif”. Bien évidemment, on ne le donne pas pur, la dose serait trop importante et dangereuse. Par conséquent, on la dilue.

Pour indiquer combien de fois on a dilué, on parle en “CH”.

Cela veut dire “centésimale hahnemannienne” en référence au créateur de l'homéopathie Samuel Hahnemann.

Dilution par 100

Prenons par exemple de l'apis melifica dilué à 1CH. Si nous piochons au hasard 101 particules, nous aurons alors :

C'est une dilution par 100.

Voici pour l'exemple un schéma d'une dilution par 10 (je n'ai pas le courage de dessiner 100 particules). Imaginez un bocal avec toutes ces particules qui bougent dedans.

+-----------------+
|                 |
|  o     o     o  |
|              o  |
|  o   o          |
|                 |
|  o        o     |
|       x         |
|    o      o     |
|                 |
+-----------------+

o : particule d'eau
x : particule qui soigne

Chances d'ingérer la substance qui soigne (calcul mathématique)

Si on veut obtenir une concentration de 2CH, on va faire la dilution précédente à deux reprises, c'est à dire diluer deux fois par 100, soit par 10000 (100 * 100). Pour être sûrs d'avoir une particule d'apis melifica, on doit alors prendre 10000 particules en tout.

3CH, c'est alors une chance sur 100 × 100 × 100 = 1000000 (1 million).

Chances d'ingérer la substance qui soigne (expérience sans les maths)

Les maths, je n'y crois pas et c'est pas mon truc.

Pas de soucis, on va essayer avec du concret pour bien comprendre. Réalisons une dilution de type 1CH.

  1. Prenez une feuille quadrillée (petits ou grands carreaux, on s'en fiche).
  2. Coloriez au hasard un carreau en vert : ce sera notre particule qui soigne.
  3. Coloriez maintenant 100 carreaux en rouge : ce seront les particules de solvant.
  4. Découper tous les carreaux, puis mettez-les dans un saladier.
  5. Mélangez puis tirez, sans regarder, un carreau. Regardez sa couleur.

Soit vous êtes très chanceux, et vous tirez le carreau vert du premier coup. Sinon, vous recommencez encore et encore.

Imaginez ce que ça serait si on l'avait fait pour du 9CH

Et pour du 9CH ?

Une dilution à 9CH correspond à une chance sur 1 000 000 000 000 000 000 de trouver une particule qui soigne.

À titre de comparaison, la chance de tirer les 5 bons numéros en jouant à Euromillions est d'une sur 2 118 760, soit une chance de plus de 400 milliards de fois plus grande qu'avec du 9CH ! (Nous sommes un peu plus de 7 milliards d'humains sur Terre…)

Mais alors, pourquoi ça fonctionne ?

Si votre traitement homéopathique fonctionne, nous l'avons vu plus haut, ce n'est pas grâce au principe actif qui est pour ainsi dire inexistant dans le tube Boiron. Au mieux, son efficacité est due à un effet Placebo. Ce phénomène est fascinant : 4 personnes sur 10 sont guéries grâce à lui!

Et puis c'est rassurant de manger des granulés sucrés, comme le bisou-magique de maman après s'être fait bobo quand on est petit.

Mais est-ce que cela en vaut le prix ? Et peut-on vraiment dire que “ça marche”? 😕

Le côté positif, c'est qu'il n'y a aucun risque de faire une overdose avec des granulés homéopathiques (sauf si on est diabétique…).

Au pire, ça ne fait pas de mal

Pas vraiment

Lorsqu'on se soigne par homéopathie d'une maladie contagieuse voire grave, on retarde le moment où l'on prend un traitement adapté. Sans pour autant en mourir systématiquement, on répand la maladie autour de soi en mettant en danger les personnes immunodéprimées, bébés, personnes âgées.

Se soigner par l'homéopathie est souvent de l'auto-médication, qui peut donner de mauvaises habitudes et s'avérer un jour très grave.

Enfin, transporter les granules homéopathiques, les fabriquer, synthétiser le plastique des tubes, ça pollue inévitablement.

Pour aller plus loin :