Rendez-vous sur Arrakiss
Table des matières

    Fluxbox : la puissance dans la simplicité. Guide.

    Fluxbox est un gestionnaire de fenêtre extrêmement léger et rapide. Dans la lignée des *box, il peut à lui tout seul constituer un environnement de bureau très complet. Par ailleurs, il présente quelques avantages intéressants devant le plus connu openbox.

    Voici un exemple :

    Quelques avantages non exhaustifs :

    Quelques inconvénients :

    Configuration de fluxbox

    Fluxbox peut être configuré via le menu accessible par un clic-droit sur le bureau. La barre des tâches peut être configurée de la même façon. Cependant, nous pouvons configurer fluxbox encore un peu plus.

    Démarrage automatique de programmes

    Pour lancer des programmes automatiquement au démarrage de fluxbox, complétez le fichier ~/.fluxbox/startup. Une seule règle : ne pas oublier d’ajouter un & après chaque commande.

    Exemple :

    numlockx &
    xset -display :0 s off -dpms &
    sleep 3 && ~/bin/bin/wallpaper.sh &
    gtk-redshift -l 47.13:1.33 -t 5500:4000 &
    unclutter -noevents &
    mpd &
    xautolock -time 10 -locker slock &
    sleep 3 && conky -c ~/.conkyrcflux &
    gajim &
    

    Raccourcis clavier et souris

    Vous pouvez configurer des raccourcis clavier et souris dans le fichier ~/.fluxbox/keys. La syntaxe est la suivante :

    Modificateur touche :commande [arguments...]
    

    Sachez aussi que vous pouvez appliquer des conditions sur ces raccourcis, mais cet usage avancé, permettant de contrôler totalement votre environnement, nécessite une lecture du lien ci-dessous.

    La liste des commandes [est disponible ici](http://fluxbox.org/help/man- fluxbox-keys.php).

    Règles sur les fenêtres.

    Fluxbox offre un incroyable jeu de règles afin de configurer le placement de vos fenêtres. Par exemple, si on vaut que firefox démarre sur le bureau 3, maximisé, c’est possible! On peut aussi faire en sorte que mutt (le lecteur de courrier) soit toujours sur le bureau 4, en arrière plan, n’apparaisse pas dans la barre, maximisé. Cela donne l’impression que le fond d’écran, c’est mutt.

    :Bien sûr, vous pouvez aussi simplement mettre urxvt en arrière plan sur :votre bureau avec ces quelques règles dans le fichier ~/.fluxbox/apps

      [app] (Title=urxvt-bg)
      [Layer]{12}
      [Deco]{NONE}
      [Maximized]{yes}
      [Hidden]{yes}
      [Sticky]{yes}
      [end]
    

    Afin que cela ne s’applique pas sur tous les terminaux que je lance, j’ai rajouté ceci au démarrage de la session pour toujours avoir un terminal en arrière plan, totalement transparent :

    urxvt -T urxvt-bg -sh 100 &
    

    Et voilà le travail :

    Autres infos à ce propos sur [le forum de crunchbang](http://crunchbanglinux- fr.org/forum/viewtopic.php?pid=37395#p37395)

    Pour tout savoir sur les possibilités de fluxbox, cliquer ici

    Configurer le menu

    Avant d’aller plus loin, notez l’existence d’un éditeur de menu graphique développé par bibi pour vous simplifier la vie : ivgotheflux.

    Un menu déjà bien rempli est proposé par défaut sous debian. Cependant, vous pourriez souhaiter créer votre propre menu. Ici aussi, la syntaxe est des plus simple :

    [etiquette] (titre) {commande} <'icone'>
    

    Vous pouvez donc créer des entrées pour lancer une commande, par exemple : [exec] (Internet) {firefox}.

    Vous pouvez aussi créer des sous-menus. Attention, dans ce cas, il faudra ensuite ajouter [end] :

    [submenu] (Capture d'écran)
    [exec] (... maintenant) {scrot -e 'mv $f ~/shots'}
    [exec] (... avec sélection) {scrot -s -e 'mv $f ~/shots'}
    [exec] (... dans 10s) {scrot -s -d 10 -e 'mv $f ~/shots'}
    [exec] (... dans 5s) {scrot -s -d 5 -e 'mv $f ~/shots'}
    [exec] (... puis upload) {~/bin/bin/sscrot}
    [end]
    

    Il existe des sections particulières. En voici quelques unes, mais je vous invite à lire la section dédiée sur le site officiel :

    Enfin, je vous invite à regarder le script fluxbox-automenu qui permet d’obtenir automatiquement un menu rempli de toutes les applications présentes sur votre installation.

    Configurer la barre de tâches.

    Afin de changer l’ordre des éléments présent dans la barre des tâches (choix du bureau, liste des fenêtres, horloge, systray), éditez le fichier ~/.fluxbox/init. Ensuite, modifiez à votre guise la ligne suivante :

    session.screen0.toolbar.tools:  prevworkspace, workspacename, nextworkspace, prevwindow, nextwindow, iconbar, systemtray, clock
    

    Ce fichier contient de nombreuses options à modifier à souhait.

    Pour avoir le menu fluxbox accessible dans cette barre, il suffit d’ajouter RootMenu dans la ligne ci-dessus.

    Les styles

    Pour installer de nouveaux styles, placez-les dans ~/.fluxbox/styles. Cependant, si vous ne voulez pas que le style impose certaines options, alors définissez les vôtres dans le fichier ~/.fluxbox/overlay. Par exemple, pour choisir la police, ne pas appliquer de fond d’écran et choisir la taille de la barre :

    background: none
    *font:                          DejaVu Sans -9
    toolbar.height:                     20
    

    Du tiling

    Voici quelques raccourcis pour profiter d’un arrangement automatique (tiling) avec fluxbox :

    Mod1 T :ArrangeWindowsStackRight
    Mod1 Shift T :ArrangeWindowsStackTop
    

    Ma configuration

    Si vous souhaitez utiliser une configuration semblable à celle présentée sur la capture d’écran, alors vous pouvez récupérer les fichiers ici : fluxbox configuration.

    Vous y trouverez le style Dyne légèrement modifié, une barre raccourcis à côté de laquelle se place un conky affichant le nombre de mails et une barre de progression de mpd. Un menu permet aussi de prendre des captures d’écran, de régler la luminosité, d’ouvrir des notes… La police est présente dans .fluxbox/style/Dyne, et est à copier dans ~/.fonts.

    Liens et références